Fun Facts

En ce qui concerne Old Mission San Juan Bautista et les missions espagnoles et amérindiennes de la baie de Monterey, une foule de faits sont disponibles pour aborder et interpréter les histoires et les mystères de l’époque et du lieu avec vos élèves. Nous avons pris la liberté de sélectionner des faits et des informations de base jugés utiles pour votre visite des missions de la baie de Monterey, et de l’ancienne mission San Juan Bautista en particulier. Nous continuerons à enrichir cette page de faits amusants au fur et à mesure que des questions et des intérêts surgiront parmi les visiteurs de notre site.

Informations générales

Mission San Juan Bautista, la quinzième mission espagnole a été fondée le 24 juin 1797 par le père franciscain président Fermín Francisco de Lasuén, OFM.

Le père Lasuén, président successeur du père fondateur Junípero Serra, a recruté les pères José Manuel de Martiarena et Pedro Martinez pour entreprendre la construction des premiers bâtiments de la Mission avec l’aide volontaire des populations autochtones locales, des soldats du présidio et des Indiens hispanisés du Mexique.

L’église de la Mission est la plus grande de la chaîne des 21 Missions californiennes. Située près de l’El Camino Real (au nord du cimetière) et de la faille de San Andreas. Le musée actuel était à l’origine les quartiers et les zones de travail des Padres.

San Juan Bautista (Saint Jean Baptiste) : Saint patron de la Mission San Juan Bautista. Santo mis en vedette à l’autel de l’église principale et juste à l’extérieur des portes de la mission.

Popeloutchem est le nom amérindien californien de la région de San Juan Bautista, autrement identifié à un village indien mutsun des environs immédiats. Selon les archives de la Mission, il existait 42 tribus indiennes, 29 dialectes et 13 groupes linguistiques différents dans la région.

La Mission se trouve à cheval sur le bord oriental de la plaque du Pacifique et de la faille de San Andreas.

La Mission possédait un important bétail, principalement des bovins et des moutons. Aussi « des bœufs, des chevaux, des mules, des burros, des ânes, des moutons, des porcs, des chèvres et des poulets. »

La Mission San Juan Bautista a été le site utilisé par le célèbre réalisateur de films Alfred Hitchcock pour la production du film Vertigo en 1958. Chronologie de la mission

24 juin 1797 : Fondation par le franciscain Fray Fermin Francisco de Lasuen, père président des missions de Californie

1799 : Date de construction de la chapelle originale de la mission

1812 : Inauguration de l’église de la mission

1835 : Sécularisation (SJB devient un pueblo)

1859 : Retour à l’Église par le président James Buchanan

1906 : Un tremblement de terre cause de graves dommages à la Mission (faille de San Andreas située sous le cimetière). Les murs latéraux de l’église qui se sont effondrés ont été restaurés en 1976.

1949 : Restauration (financée par la Fondation Hearst) Faits historiques

Agriculture de la mission : vignobles de raisins, vergers d’oliviers et de poires, cultures de maïs et de blé, « orge, maïs, haricots rouges, haricots de cheval, pois chiches, pois, haricots, coton, piment, tomates, pommes et herbes médicinales indigènes et hispaniques. » (rgm).

SJB possède la seule place espagnole d’origine subsistant en Californie Caractéristiques architecturales

San Juan Bautista peut s’enorgueillir d’être la seule église de la Mission avec trois allées, et la plus large des églises de la mission.

Les bâtiments de la mission, construits en adobe et en tuiles de briques cuites, par les peuples indigènes Mutsun comprennent : une église en adobe, un convento, un grenier et des casernes. Les autres matériaux utilisés sont les fondations en pierre de limon, l’enduit à la chaux, les vigas ou les poutres de couverture en bois rouge, les attaches en cuir, l’argile damée et les sols en tuiles. »

Les fonts baptismaux ou baptistères sont l’espace religieux le plus sacré en dehors de l’espace de l’autel principal de La Porte bleue avec la rivière de la vie

Tour originellement en bois, reconstruite en béton en 1860 pour permettre au padre de sonner la cloche par mauvais temps

Cloches de la mission : « à l’origine neuf ; il en reste trois ; coulées en bronze au Mexique »

Selon les registres de la paroisse, les constructions suivantes ont été enregistrées entre les années 1797 et 1880 : de nombreux greniers, des logements pour les solteras, une cuisine, un corps de garde, quatre maisons en adobe et en tules, et une habitation missionnaire en adobe et en tules. d’autres maisons en adobe pour les néophytes, une tannerie, une prison, un cuartel (corps de garde), des dortoirs pour les hommes célibataires et les veufs, un four à briques et à tuiles, un four à chaux pour les tuiles et les briques, un moulin à foulon, des corrals en adobe pour les bovins et les moutons, un orphelinat et un monjerio (couvent – qui deviendra plus tard la maison Zanetta).

Certaines tuiles à l’intérieur du sanctuaire contiennent des empreintes d’animaux.

Porte à chat dans la porte latérale arrière de la chapelle Guadalupe, originale à la construction de l’église de la Mission (les chats étaient essentiels pour maintenir la population de rongeurs au minimum) Art de la Mission

Six statues originales (santos) à l’autel principal, créées par Thomas Doak, premier citoyen américain, comprennent San Juan Bautista, San Pascal Baylon, San Antonio de Padoue, Santo Domingo, San Francisco de Assisi et San Isidoro.

Tableaux d’église : « peintures à l’huile sur toile enduite de gesso créées au Mexique, et datant d’avant 1820. »

Orgue de barbarie anglais : 1826, sa musique intéressait beaucoup les Indiens. Aurait été fabriqué vers 1737, et obtenu par le Padre Lasuen auprès de l’explorateur britannique CapitaineVancouver et livré au Padre Arroyo de la Cuesta. Voir www.standingstones.com/sanjuan.html Cultures matérielles

San Juan Bautista est connu comme la Mission Musique que les paroissiens ont utilisée : « Des hymnes de chorale et des alabados peints à la main, de la musique et des cartes de prière, des pupitres, des orgues à pompe, des tambours, des violons de base, des violons et des violons, des carillons, des cloches, des flûtes, des hochets et des cornes. »

Orgue de Barbarie anglais : 1826, sa musique intéressait beaucoup les Indiens. Aurait été fabriqué vers 1737, et obtenu par le Padre Lasuen auprès de l’explorateur britannique Capitaine Vancouver et livré au Padre Arroyo de la Cuesta. Voir www.standingstones.com/sanjuan.html

Le cadran solaire dans la cour a été signalé comme un « moyen précis de dire l’heure » en 1797.

Le puits de la mission a été découvert par hasard par l’archéologue de la conservation de la mission En décembre 1995. Industries de la mission

Les premiers métiers de la mission : Sculpture en bois, gesso et argile (santos), travaux ornementaux en métal et en étain (retablos, outils, gainage), fresco seco (fresques murales sèches), feuilles d’or (peintures métalliques brunies sur bois), peinture sur toile (motifs religieux et portraits), tannerie (peaux, vestes, gilets, bottes et autres ouvrages en cuir), fabrication de bougies et de savons (suif), fabrication de meubles (chaises, coffres, tables), filature et tissage (couvertures, vêtements et mantilles ou châles en coton et en laine), fabrication de cordes (agave et chanvre), sellerie (selles et accessoires en cuir), la reliure et la fabrication de livres (peinture et assemblage d’alabados en peau de mouton, d’hymnaires et de livres reliés en cuir), la céramique (récipients en terre cuite, figurines et porcelaine), la vannerie (récipients en roseau et en herbe), la maçonnerie de pierre (sculpture religieuse, dalles de broyage en métate ou en basalte, mortiers, pilons), verrerie (bouteilles, bouchons et vitres en verre soufflé), cordonniers (fabrication de chaussures), forgerons (fers à cheval, étriers, brides, boulets de canon, boulets de mousquet, outils de menuiserie, pointes, clous et quincaillerie connexe), perlage (commerce de verre coloré espagnol et perles en coquillage mutsun). Personnes notables dans l’histoire de la Mission San Juan Bautista

Padres franciscains Révérend Joseph Manuel de Martiarena (1797-1800) : Premier pasteur de la paroisse

Révérend Jacinto Lopez (1800-1801) Révérend Domingo Santiago de Iturrate (1801-1809)

Révérend Felipe Arroyo de la Cuesta (1809-1812, 1825-1833) : linguiste, a créé une grammaire et un livre de phrases en mutsun. Aurait prêché dans plusieurs dialectes indiens.

Révérend Esteban Tapis (1812-1825) : Padre adoré selon les archives, enterré dans le sanctuaire de l’église. Troisième président des missions. Un musicien, connu pour avoir écrit à la main deux livres de chorale qui sont conservés au Musée, et raison pour laquelle la Mission San Juan Bautista est connue comme la Mission de la musique.

Révérend Jose Antonio Anzar (1833-1854)

Révérend Valentin Closa : Le plus ancien pasteur de la Mission, responsable de la Fiesta et du Pageant de San Juan (pour récolter des fonds pour les dommages causés par le tremblement de terre)

Frères : « Frères franciscains originels formés au Collège apostolique de San Fernando, au Mexique ; frères zacatèques installés pendant la sécularisation ; pasteurs diocésains depuis 1840. »

Soldats espagnols : « Vestes de cuir » et « lanciers » à cheval stationnés au cuartel ou caserne qui sous-tend l’emplacement actuel de l’hôtel Plaza. » (rgm)

Vaqueros : Cow-boys des premières époques espagnole et mexicaine, ainsi qu’employés des ranchs de la mission ; les convertis Mutsun constituaient la majorité des vaqueros de l’ancienne mission San Juan Bautista dans les premiers temps. À l’origine du rodéo (roundup), du lariat (riata), des bottes d’équitation, des chaps et de l’équipement connexe.

Ascencion Solarsano de Cervantes (1855-1930) : la dernière indienne mutsun enterrée dans le cimetière de SJB, en 1930. Elle était une guérisseuse mutsun et a contribué à relater la culture et la langue à l’anthropologue John Peabody Harrington.

Le cimetière (camposanto) : situé derrière l’église principale, dans ce terrain consacré où sont enterrés les « colonos (colons), Californios (époque mexicaine), Mestizos, et Neofitos » (rgm). » Créée en 1805. Contiendrait 4300 indiens Mutsune et les premiers colons espagnols, mexicains et américains. »

Patrick Breen, ainsi que sa femme Margaret Breen et leurs sept enfants, sont arrivés sans le sou à San Juan Bautista en 1848 et ont été recueillis par la Mission. La famille Breen a accompagné le malheureux Donner Party, qui s’est retrouvé bloqué sans provisions dans la Sierra Nevada pendant 111 jours lors des fortes neiges de 1846. Mystères et histoires

Si le temps le permet ; chaque 21 et 22 décembre, la lumière du solstice d’hiver illumine le tabernacle de l’autel principal. Lors de cet événement annuel, la lumière matinale du soleil est projetée à travers la structure de l’église et crée une illumination époustouflante de l’intérieur du sanctuaire qu’il ne faut pas manquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *