Humeur

Définition de l’humeur

En tant que dispositif littéraire, l’humeur est le sentiment émotionnel ou l’atmosphère qu’une œuvre de littérature produit chez un lecteur. Toutes les œuvres littéraires produisent une sorte d’effet émotionnel et psychologique chez le public ; bien que chaque lecteur puisse réagir différemment à la même œuvre littéraire, il y a souvent un type similaire d’humeur produite. Par exemple, dans un thriller, la plupart des lecteurs ressentent une sorte de suspense, tandis que les romans dramatiques peuvent produire un sentiment de sentimentalité. Les auteurs utilisent de nombreux facteurs différents pour créer une ambiance, notamment le cadre, le thème, la voix et le ton.

Différence entre l’humeur et le ton

Bien que l’humeur et le ton soient liés et souvent confondus, ce sont des dispositifs littéraires très différents. Le ton fait référence à l’attitude de l’auteur envers l’œuvre, tandis que la définition de l’humeur est qu’il s’agit des émotions provoquées chez le lecteur. Ainsi, la différence peut être comprise de cette manière : le ton est ce que l’auteur ressent, tandis que l’humeur est ce que le lecteur ressent.

Exemples courants d’humeur

Il y a beaucoup de choses différentes qui affectent nos émotions au quotidien. Les politiciens utilisent leurs discours pour créer un certain sentiment dans l’auditoire, y compris tout ce qui va de l’espoir à la colère. Les politiciens essaient de provoquer ces sentiments pour faire avancer leurs propres programmes, gagner des voix, faire basculer les opinions, etc. Les publicitaires essaient également de produire certaines émotions telles que la nostalgie ou la peur pour inciter les clients à acheter leurs produits. Voici des exemples d’humeur dans ces deux cas :

Discours politiques

Dans sa présidence, Barack Obama a prononcé des discours pour susciter plusieurs types d’humeur. Dans ce premier exemple, il essaie de donner à ses auditeurs un sentiment d’espoir et d’unité :

Les experts, les experts aiment découper notre pays en États rouges et États bleus ; les États rouges pour les républicains, les États bleus pour les démocrates. Mais j’ai aussi des nouvelles pour eux. Nous adorons un « Dieu génial » dans les États bleus, et nous n’aimons pas que des agents fédéraux viennent fouiller dans nos bibliothèques dans les États rouges. Nous entraînons la Little League dans les États bleus et oui, nous avons des amis homosexuels dans les États rouges. Il y a des patriotes qui se sont opposés à la guerre en Irak et il y a des patriotes qui ont soutenu la guerre en Irak. Nous sommes un seul peuple, nous prêtons tous allégeance aux étoiles et aux rayures, nous défendons tous les États-Unis d’Amérique.

Dans l’exemple suivant, le président Obama venait de publier son certificat de naissance officiel et essayait de faire en sorte que les Américains se sentent agacés et frustrés de devoir aborder cette question au lieu de sujets plus urgents :

Je sais qu’il y aura un segment de personnes pour qui, peu importe ce que nous sortons, cette question ne sera pas mise en veilleuse. Mais je m’adresse à la grande majorité du peuple américain, ainsi qu’à la presse. Nous n’avons pas le temps pour ce genre de bêtises. Nous avons mieux à faire. J’ai mieux à faire. Nous avons de gros problèmes à résoudre. Et je suis convaincu que nous pouvons les résoudre, mais nous allons devoir nous concentrer sur eux – pas sur cela.

Publicités

De nombreuses publicités, comme la suivante de Listerine dans les années 1950, tentent d’inspirer la peur au consommateur afin qu’il pense avoir besoin d’un certain produit pour ne pas échouer:

Jane a un joli visage. Les hommes remarquent sa jolie silhouette mais ne s’attardent jamais longtemps. Car Jane a un gros moins sur son bulletin de notes : l’halitose : une mauvaise haleine.

D’autres publicités tentent de faire penser aux clients à quel point ils seront plus heureux lorsqu’ils auront le produit. Voici quelques exemples de cette stratégie :

  • Disneyland : L’endroit le plus heureux sur terre.
  • Coca Cola : Le bonheur ouvert.
  • McDonald’s : J’adore ça.
  • Holiday Inn : Faire plaisir aux gens dans le monde entier.
  • KFC : A s’en lécher les doigts.

L’importance de l’humeur dans la littérature

Une grande partie du pouvoir de la littérature repose sur sa capacité à provoquer et à inspirer différentes émotions et états psychologiques chez le lecteur. Les lecteurs apprécient souvent davantage la littérature lorsque le gain émotionnel et psychologique est plus important. Par exemple, si un personnage est tué dans les premières pages, le lecteur ne ressentira pas beaucoup d’émotion. Cependant, si le livre établit une bonne caractérisation et que le lecteur ressent un lien avec un personnage particulier, il sera beaucoup plus affecté émotionnellement si le personnage meurt plus tard dans le livre.

Toute littérature crée une sorte de sentiment chez le lecteur, qu’il soit positif, négatif ou neutre. Même l’indifférence est un exemple d’humeur. L’humeur que provoque une œuvre change souvent plusieurs fois au cours du livre.

(« Sonnet 18 » de William Shakespeare)

Le célèbre « Sonnet 18 » de Shakespeare est un poème qui provoque un sentiment d’amour et de sentimentalité chez la plupart des lecteurs. Shakespeare y parvient en décrivant ses sentiments de passion éternelle pour sa bien-aimée.

Exemple n°2

Parce que la lune ne rayonne jamais, sans m’apporter des rêves
de la belle Annabel Lee;
Et les étoiles ne se lèvent jamais, mais je sens les yeux brillants
de la belle Annabel Lee ;
Et ainsi, toute la nuit, je me couche aux côtés
de ma chérie-ma chérie-ma vie et ma fiancée,
dans son sépulcre, là, au bord de la mer
dans son tombeau au bord de la mer sonore.

(« Annabel Lee » de Edgar Allen Poe)

Le poème « Annabel Lee » de Edgar Allen Poe raconte une histoire tragique d’amour et de perte. L’humeur que ce poème provoque chez le lecteur est généralement celle de la tristesse et de la nostalgie. Poe inspire cette humeur en établissant un cadre psychologique sombre et en montrant l’art de la relation jusqu’à la mort d’Annabel Lee.

Exemple #3

Ils essaient de me tuer, lui dit calmement Yossarian.
« Personne n’essaie de te tuer », s’écrie Clevinger.
« Alors pourquoi me tirent-ils dessus ? ». Yossarian a demandé.
« Ils tirent sur tout le monde », a répondu Clevinger. « Ils essaient de tuer tout le monde. »
« Et quelle différence cela fait-il ? »

(Catch-22 de Joseph Heller)

Le roman Catch-22 de Joseph Heller est célèbre pour ses situations absurdes. Dans ce morceau de dialogue, le protagoniste Yossarian explique qu’il est contrarié d’être pris pour cible. Le personnage de Clevinger pense qu’il est paranoïaque, mais Yossarian montre la logique derrière sa peur. Cet échange provoque un sentiment de perplexité chez le lecteur.

Exemple #4

Il se roulait dans son lit, tordant les draps, aux prises avec un problème des années trop grand pour lui, éveillé dans la nuit comme une seule sentinelle sur le piquet. Et quelque temps après minuit, il s’est endormi, lui aussi, et alors seul le vent était éveillé, fouillant l’hôtel et hululant dans ses pignons sous le regard clair et gimlet des étoiles.

(The Shining de Stephen King)

Le roman The Shining de Stephen King est un roman qui crée beaucoup de suspense chez le lecteur. Cet exemple d’ambiance particulier crée une tension en décrivant à la fois les sentiments du personnage et le décor extérieur.

Tester vos connaissances sur l’humeur

1. Quelle est la bonne définition de l’humeur?
A. L’attitude de l’auteur à l’égard du sujet du livre.
B. Les émotions que l’œuvre littéraire provoque chez le lecteur.
C. La façon dont les personnages du livre ressentent leur situation.

Réponse à la question #1 Show>

2. Quel est le meilleur mot pour décrire l’ambiance que le passage suivant de Roméo et Juliette de Shakespeare pourrait inspirer à un lecteur ?

JULIET : Qu’est-ce qu’il y a là ? Une coupe, fermée dans la main de mon véritable amour ?
Le poison, je le vois, a été sa fin éternelle.
O churl, tout bu, et n’a laissé aucune goutte amicale
Pour m’aider après ? Je baiserai tes lèvres.
Peut-être qu’un poison y est encore accroché,
pour me faire mourir avec un reconstituant.

A. Colère
B. Excitation
C. La tristesse

Réponse à la question #2 Show>

3. Considérez l’extrait suivant du poème « Le Corbeau » d’Edgar Allen Poe:

Ah, distinctement, je me souviens que c’était dans le morne décembre;
Et chaque braise séparée et mourante a façonné son fantôme sur le sol.
Je souhaitais ardemment le lendemain;
J’avais malencontreusement cherché à emprunter
À mes livres un apaisement du chagrin – le chagrin pour la Lénore perdue-
Pour la jeune fille rare et radieuse que les anges nomment Lénore-
Nomme ici pour toujours.

Quel est le meilleur mot pour décrire l’ambiance que ce passage inspire?
A. Sombre
B. Jubilatoire
C. Paisible

.

Réponse à la question n°3 Show>

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *