Impaction fécale

Le traitement de l’impaction fécale nécessite à la fois le remède de l’impaction et un traitement pour prévenir les récidives futures. La diminution de la motilité du côlon entraîne des selles sèches et dures qui, dans le cas d’un fécalome, se compactent en une grosse masse dure de selles qui ne peut être expulsée du rectum.

Diverses méthodes de traitement tentent d’éliminer le fécalome en ramollissant les selles, en les lubrifiant ou en les brisant en morceaux suffisamment petits pour être éliminés. Les lavements et les laxatifs osmotiques peuvent être utilisés pour ramollir les selles en augmentant leur teneur en eau jusqu’à ce qu’elles soient suffisamment molles pour être expulsées. Les laxatifs osmotiques tels que le citrate de magnésium agissent dans un délai de quelques minutes à huit heures pour le début de l’action, et même dans ce cas, ils peuvent ne pas être suffisants pour expulser les selles.

Les laxatifs osmotiques peuvent provoquer des crampes et même des douleurs sévères car les tentatives du patient d’évacuer le contenu du rectum sont bloquées par la masse fécale. Le polyéthylène glycol (PEG 3350) peut être utilisé pour augmenter la teneur en eau des selles sans provoquer de crampes. Il faut parfois 24 à 48 heures pour qu’il fasse effet, et il n’est pas bien adapté aux cas où le fécalome doit être retiré immédiatement en raison du risque de complications ou de douleurs intenses. Les lavements (comme le sérum salé hyperosmotique) et les suppositoires (comme les suppositoires à la glycérine) agissent en augmentant la teneur en eau et en stimulant le péristaltisme pour faciliter l’expulsion, et tous deux agissent beaucoup plus rapidement que les laxatifs oraux.

Parce que les lavements agissent en 2 à 15 minutes, ils ne laissent pas suffisamment de temps pour qu’une grosse masse fécale se ramollisse. Même si le lavement réussit à déloger les selles incluses, celles-ci peuvent rester trop volumineuses pour être expulsées par le canal anal. Les lavements à l’huile minérale peuvent aider en lubrifiant les selles pour faciliter leur passage. Dans les cas où les lavements ne parviennent pas à éliminer le fécalome, du polyéthylène glycol peut être utilisé pour tenter de ramollir la masse sur une période de 24-48 heures, ou si une élimination immédiate de la masse est nécessaire, une désimpaction manuelle peut être utilisée. La désimpaction manuelle peut être effectuée en lubrifiant l’anus et en utilisant un doigt ganté avec un mouvement de type pelle pour briser la masse fécale. Le plus souvent, la désimpaction manuelle est réalisée sans anesthésie générale, bien qu’une sédation puisse être utilisée. Dans les procédures plus complexes, l’anesthésie générale peut être utilisée, bien que le recours à l’anesthésie générale augmente le risque de léser le sphincter anal. Si tous les autres traitements échouent, une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire.

Les individus qui ont eu un seul fécalome présentent un risque élevé de futurs fécalomes. Par conséquent, un traitement préventif doit être institué chez les patients après l’ablation de la masse. L’augmentation des fibres alimentaires, l’augmentation de l’apport en liquide, l’exercice quotidien et la tentative régulière de déféquer chaque matin après avoir mangé doivent être encouragés chez tous les patients.

Souvent, des conditions médicales sous-jacentes provoquent des impactions fécales ; ces conditions doivent être traitées pour réduire le risque d’impactions futures. De nombreux types de médicaments (plus particulièrement les analgésiques opioïdes, comme la codéine) réduisent la motilité du côlon, ce qui augmente la probabilité d’impactions fécales. Si possible, il faut prescrire des médicaments alternatifs qui évitent l’effet secondaire de la constipation.

Etant donné que tous les opioïdes peuvent provoquer une constipation, il est recommandé de donner à tout patient placé sous traitement antidouleur opioïde des médicaments pour prévenir la constipation avant qu’elle ne survienne. Des médicaments quotidiens peuvent également être utilisés pour favoriser la motilité normale du côlon et ramollir les selles. L’utilisation quotidienne de laxatifs ou de lavements doit être évitée par la plupart des personnes car elle peut entraîner une perte de la motilité normale du côlon. Cependant, pour les patients souffrant de complications chroniques, une médication quotidienne sous la direction d’un médecin peut être nécessaire.

Le polyéthylène glycol 3350 peut être pris quotidiennement pour ramollir les selles sans le risque important d’effets indésirables qui sont communs avec d’autres laxatifs. En particulier, les laxatifs stimulants ne doivent pas être utilisés fréquemment car ils peuvent entraîner une dépendance dans laquelle un individu perd la fonction normale du côlon et est incapable de déféquer sans prendre un laxatif. L’utilisation fréquente de laxatifs osmotiques doit également être évitée car ils peuvent provoquer des déséquilibres électrolytiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *