Le débat sur le gluten continue

Découvertes contradictoires

Il n’y a que trois études publiées pour réfuter ou soutenir le diagnostic de NCGS, dit Seidner.

Des médecins italiens qui ont publié l’an dernier une étude portant sur 920 de leurs patients ont conclu que certaines personnes qui ne souffrent pas de la maladie cœliaque sont effectivement sensibles au blé. Mais certaines étaient sensibles à de multiples aliments ainsi qu’au blé, ont précisé les chercheurs.

Les deux autres études ont été réalisées par une équipe de scientifiques australiens. Elles ont abouti à deux conclusions différentes.

La première étude, publiée en 2011, a porté sur des personnes qui n’étaient pas atteintes de la maladie cœliaque mais qui contrôlaient leurs symptômes du tube digestif avec un régime sans gluten. Les participants ont été répartis au hasard en deux groupes et on leur a demandé de s’en tenir à leur régime sans gluten habituel. Les chercheurs leur ont également donné deux tranches de pain et un muffin à manger chaque jour pendant six semaines. Un groupe a reçu du pain et des muffins sans gluten ; l’autre les a reçus avec du gluten.

Au bout d’une semaine, le groupe qui a mangé le pain et les muffins contenant du gluten a signalé plus de symptômes, comme des douleurs et des ballonnements, que l’autre groupe. « ‘L’intolérance au gluten non cœliaque’ peut exister », ont conclu les scientifiques, mais ils n’ont trouvé aucun indice pour en expliquer la raison.

Le deuxième essai des Australiens, publié en mai dernier, a révélé que les symptômes chez les personnes atteintes de NCGS étaient tout aussi graves avec un régime sans gluten qu’avec un régime riche en gluten. Les chercheurs ont fourni aux participants tous leurs repas et ont également restreint les produits laitiers, qui peuvent provoquer des symptômes au niveau du tube digestif. Une explication possible de leurs résultats mitigés pourrait être qu’ils ont contrôlé plus étroitement ce que les participants mangeaient dans leur deuxième étude, dit Seidner.

« Nous nous retrouvons en quelque sorte avec des résultats contradictoires et un manque d’informations », dit-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *