Les noms des planètes

Tout le monde sait qu’il y a huit planètes dans le système solaire : Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Et ce sont les Romains qui ont nommé ces planètes d’après certains de leurs dieux. Mais savez-vous qu’ils l’ont fait parce que les planètes semblaient agir comme ces dieux ?

Oui : pour comprendre comment cela s’est produit, il faut tenir compte du fait que dans l’Antiquité, il n’y avait pas de télescopes. Les Grecs et les Romains voyaient les planètes comme elles apparaissent dans le ciel nocturne, comme un point lumineux semblable à une étoile. La différence est que ces  » étoiles  » se déplacent dans le ciel tout au long de l’année ; c’est pourquoi ils les ont identifiées et appelées  » planètes « , ce qui signifie en grec  » vagabond  » ou  » errant « .

N’oubliez pas non plus que les anciens avaient une vision géocentrique de l’univers. Autrement dit, ils pensaient (à tort) que la Terre était au centre et que tout le reste (la lune, le soleil, les planètes et les étoiles) tournait autour d’elle.

Mercure, la planète sauteuse

Ces erreurs de calcul sont à l’origine du nom donné à Mercure. Les premières personnes à avoir observé cette planète étaient les Assyriens, un ancien peuple du Moyen-Orient, il y a plus de 3500 ans. Ils l’appelaient « la planète sauteuse », car Mercure se déplaçait dans le ciel nocturne de manière déroutante : en avant, en arrière, d’un côté à l’autre… Ils ne se rendaient pas compte que Mercure tourne simplement très près du soleil et qu’elle le fait très rapidement, ce comportement leur semblait donc très étrange. Plus tard, les Grecs anciens l’ont identifié à Hermès, le messager divin, parce qu’il semblait courir d’un côté à l’autre pour délivrer des messages entre les autres planètes/dieux. Et plus tard, les Romains lui ont donné le même nom que dieu avait dans leur langue : Mercure.

Vénus, la double planète

Vénus apparaît dans le ciel deux fois par nuit : au lever et au coucher du soleil. Et pour cette raison, de nombreux peuples anciens pensaient qu’il ne s’agissait pas d’une seule planète, mais de deux. Bien que les Romains savaient que Vénus n’était qu’une seule planète (et lui donnaient le nom de leur déesse de la beauté, Vénus, dans leurs livres d’astronomie), ils ont suivi la tradition de l’appeler par deux noms : Lucifer à l’aube et Vesper au crépuscule. Et aujourd’hui encore, nous faisons quelque chose de similaire : nous appelons le matin Vénus « étoile du matin » et les heures de fin d’après-midi « soir ».

Mars, la planète rouge

La surface de Mars est recouverte d’oxyde de fer, ce qui donne à la planète une couleur rougeâtre (même lorsqu’on la regarde sans télescope). C’est pourquoi presque tous les peuples anciens (les Babyloniens, les Égyptiens, les Chinois…) l’associaient à la guerre et au sang. Il y a aussi les Grecs, qui l’ont dédiée à leur dieu de la guerre (Arès) et les Romains, qui ont nommé la planète d’après le leur (Mars). Lorsque les deux petites lunes de Mars ont été découvertes, elles ont été nommées d’après les deux fils du dieu Mars dans la mythologie grecque : les frères jumeaux Phobos et Deimos.

Jupiter, le père des dieux

Sur Terre, Jupiter semble tourner lentement dans le ciel (du moins par rapport à Mars, Vénus ou Mercure). Mais Jupiter n’est pas plus lent, il est juste plus éloigné. Malgré cela, Jupiter est l’une des planètes les plus brillantes du ciel nocturne. Les astronomes de l’Antiquité pensaient que si Jupiter était loin, mais brillait si fort, elle devait être très grande… Et ils avaient raison ! C’est pourquoi les Romains l’ont appelé le roi des dieux. Depuis que Galilée a découvert ses premiers satellites en 1610, soixante-dix-neuf ont été découverts – tout un essaim de lunes ! Et ils sont tous nommés d’après les amants et les descendants du dieu : Europe, Io, Ganymède, Callisto…

Saturne, le seigneur des anneaux

Bien que Saturne soit la plus belle planète du système solaire, pour les Grecs anciens (qui n’avaient pas de télescope et ne pouvaient pas voir ses anneaux), elle était l’une des moins frappantes : elle brillait peu et tournait très lentement dans le ciel. C’était aussi, selon eux, la dernière planète et la plus lointaine de toutes. Comme elle semblait superviser les autres planètes, dont les cycles étaient déterminants dans le calendrier, ils ont dédié la planète à Cronus, le dieu du temps, que les Romains ont appelé Saturne. Saturne possède également de nombreuses lunes (quatre-vingt-deux sont actuellement connues) et toutes portent le nom de Titans (c’est-à-dire de membres de la première génération divine, comme le dieu Saturne). Certaines de ces lunes sont Titan, Rhéa, Japetus et Dione.

Uranus, le dieu du ciel

Les Grecs et les Romains ignoraient l’existence d’Uranus, car on ne peut pas la voir dans le ciel à l’œil nu. Uranus a été découverte en 1781 par William Herschel qui l’a nommée d’après sa position : si après Mars se trouvait son père (Jupiter) et après Jupiter son père (Saturne), il était logique qu’après Saturne se trouve son père (Uranus). Les lunes d’Uranus portent le nom de personnages de pièces de William Shakespeare et de poèmes d’Alexandre Pope : Miranda, Ophélie, Caliban, Obéron, Titania…

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *